Le fonctionnement glandulaire de l’enfant.

Si nous voulons nous améliorer dans la connaissance de l’enfant aussi bien physiquement qu’intellectuellement, il va falloir essayer de comprendre ce qui détermine sa croissance, son évolution.

Les savants ont eu tort de ne pas se demander si le système nerveux plus qu’une fin n’était pas un moyen pour notre organisme de localisation physique, de précision intellectuelle.
Il leur a semblé que seul un système aussi important pouvait présider à tous les métabolismes fonctionnels s’effectuant en nous.

Comment ce système nerveux qui est un potentiel d’énergie ne déclenche t-il pas à tout moment des activités ?
Comment peut-il nous laisser dormir ? Nous livrer à un travail intellectuel sans remuer bras et jambes ?
C’est la question la plus importante.
La vie peut se passer du système nerveux.
Le spermatozoïde et l’ovule n’en sont pas dotés.
La vie ne repose donc pas sur le système nerveux.
La reproduction est le résultat d’équilibres endocriniens dans lequel le système nerveux n’a aucune importance.
Le système nerveux permet d’expliquer des phénomènes localisés.
Lors d’activités qui requièrent de nombreuses particularités complexes ( physiques, intellectuelles, caractérielles comme une compétition sportive par exemple) et nécessitant des adaptations ( adversaires, conditions climatiques, analyses diverses…) il existe une coopération variée et intense de toutes les parties de l’organisme qu’une synergie résultant d’une synthèse fonctionnelle apparaît nécessaire.
Ainsi il existe en nous le système endocrinien qui nous détermine.
Il se manifeste dans toute la personnalité infantile.
Il possède l’antériorité fonctionnelle ( puisque qu’il est formé avant le système nerveux qui lui ne peut s’activer qu’en raison de sécrétions hormonales.)

L’enfant est presque uniquement glandulaire jusqu’à son adolescence.

Il est important de bien comprendre et intégrer cette première notion de la prédominance de notre système glandulaire sur notre système nerveux.

Plus tard je pourrai vous expliquer entre autre l’évolution glandulaire de l’enfant, vous comprendrez comment il acquiert la marche, les mécanismes de son sommeil. Pourquoi la lumière et l’obscurité peuvent le perturber. Ses mouvements, son tonus musculaire, ses gazouillis, son adaptation au monde qui l’entoure, son intelligence, sa sensibilité, sa mémoire, la colère, la peur. Ses sympathies et antipathies, le mimétisme, l’imagination, le calcul etc.

Nous pourrons aussi apprendre ensemble à reconnaitre le type glandulaire (hypophysaire, thyroïdien, surrénal ou génital) de chaque enfant en fonction de sa physionomie.

Vous pourrez mieux comprendre et préparer la puberté dès son plus jeune âge.
A cette occasion je reviendrai sur la pudeur, le courage, les troubles de l’attention, la volonté.

Vous trouverez ou du moins j’essaierai de vous apporter des réponses sur nos petits prodiges, nos « zèbres ».

L’endocrino-psychologie vous aidera à comprendre les causes des insuffisances et dysfonctionnements glandulaires infantiles.
Les déficiences de l’enfant en fonction de son âge.

Vous saurez mieux faire face à la fatigue, les douleurs, la frilosité, aux enfants turbulents et indisciplinés, au mensonge à l’hypocrisie à l’instabilité infantile. A l’inactivité chez le cancre. Au fugues de l’ado, l’alimentation, l’énurésie…

Vous me suivez toujours ???
Oui la gamme est large, la liste est longue…
Mais nous irons pas à pas.
Beaucoup de problèmes seront traités et j’espère répondront à vos questions de femmes enceintes et de mères, de parents.

(ref : « l’enfant ce glandulaire inconnu » du Professeur Jean Gautier et réédité par Jean du Chazaud)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *